Prises de position

Révéler l’imposture du FN et combattre son projet antirepublicain

Nos combats s’inscrivent dans le sens du progrès social, avec, comme boussole, la défense de l’intérêt général et la recherche de la justice sociale. Alors que, traditionnellement, l’extrême droite concentrait son discours autour du triptyque : sécurité /immigration/famille, le Front national a désormais investi les sujets économiques et sociaux en instrumentalisant les difficultés que traverse le pays pour légitimer son orientation pourtant porteuse de régressions. Il est de notre devoir de rétablir la clarté sur le sens du progrès et de déconstruire les faux-semblants de la rhétorique et du programme du parti de Marine Le Pen. La responsabilité propre à la gauche : c’est d’aller à la rencontre des électeurs du Front national, les écouter, leur parler, les convaincre, argumenter. et combattre son projet antirépublicain.

Le Parti Socialiste a fait le choix de produire un dossier argumentaire pour les militants socialistes et tous ceux qui sont attachés aux valeurs de la République et veulent combattre l’extrême droite, avec deux parties distinctes. La première reprend chacune des propositions économiques et sociales développées par le FN et y apporte des réponses précises. La seconde partie vise à démontrer que le FN n’a pas renoncé à son ADN antirépublicain et que son orientation s’oppose à l’égalité, la liberté, la fraternité et la laïcité. C’est un ensemble d’arguments, de données chiffrées et d’outils pour s’adresser aux électeurs afin de leur démontrer que loin de régler leurs problèmes concrets, l’extrême droite les aggraverait dangereusement.

« Personne ne travaille à Saint-Eloi »

Ce mardi 17 mai 2014 se tenait le conseil municipal de Buxerolles. Parmi les 25 questions à l’ordre du jour est venue la subvention exceptionnelle à l’association des commerçants non sédentaires de la Vienne pour l’organisation d’une animation sur le marché de Buxerolles.

Le bien-fondé de cette subvention n’a été remis en cause par personne. En revanche, le représentant de l’opposition de « centre droit » a interrogé sur la possibilité de voir le marché de Buxerolles se tenir un soir par semaine, pour permettre à « ceux qui travaillent », de s’y rendre. Ce à quoi il a été répondu qu’une expérience similaire avait été tentée dans le quartier Saint-Eloi, à Poitiers, sans succès.
C’est là que, sans doute emporté dans son élan, M. Blanchard a tenté d’expliquer cet échec à sa manière, par une formule un peu lapidaire et sans doute révélatrice de sa pensée politique profonde : « A Saint-Eloi personne ne travaille ».
Les élus de la majorité ont fait part de leur consternation devant une telle remarque aboutissant à ce que l’intéressé prétexte une blague et la retire.
Cet incident est révélateur de l’orientation politique de celui qui pendant la campagne municipale s’est présenté comme de centre droit, avec le slogan « ni de droite, ni de gauche ». En fait, du centre droit, on voit plutôt que l’orientation politique se décentre vers la droite plus dure.
Les habitants de Saint Eloi, qu’ils soient actifs ou en recherche d’emploi, apprécieront sans doute peu la plaisanterie sur les clichés véhiculés concernant leur quartier.
La section du parti socialiste de Buxerolles et ses élus, quant à eux, font part de leur indignation devant une telle remarque qui voudrait laisser penser, chacun l’a compris, que Saint-Eloi n’est habité que par des chômeurs.
En cette période où l’emploi se fait rare, où le populisme est plus haut que jamais, nous pensons que les élus républicains, quel que soit leur niveau, doivent manier les mots avec précaution et nous resterons vigilants à dénoncer chaque fois qu’un tel comportement stigmatisant se reproduira.

Ludovic Devergne, Secrétaire de section